Mohamed_FR
4
sept

Bulletin d’information n°2

Bonjour

Lancé il y a huit mois, le projet Men Speak Out est sur la bonne voie. Une série de réunions préparatoires ont eu lieu, l’analyse situationnelle a commencé et la formation des éducateurs pairs commence en septembre. Nous sommes confiant que ce projet répondra aux attentes et contribuera à l’abolition des MGF.

Nous vous invitons à rencontrer quelques personnes derrière ce projet.

 

Rencontre avec MOHAMED BASHIR, de la Fondation Himilo

Je m’appelle Mohamed Bashir. Je viens de Somalie et vis maintenant à Nijmegen, la plus ancienne ville des Pays-Bas. J’ai eu la chance de pouvoir étudier dans ce pays qui est devenu ma seconde maison. Après mes études de design graphique, ma curiosité m’a poussé à devenir travailleur communautaire, ce que je suis depuis quatre ans.

Mon implication dans la lutte contre les MGF (mutilations génitales féminines) remonte à 2013 lorsque j’ai eu l’opportunité de devenir formateur au sein d’un projet du Ministère des affaires sociales et de l’emploi des Pays-Bas. Le but de ce projet était d’inviter les communautés à se rassembler et discuter de sujets tabous, comme les mariages forces et à un jeune âge, l’homosexualité et bien d’autres.

Lors de ce projet, j’ai beaucoup entendu parler des MGF. J’avais déjà souvent entendu ces mots, mais je n’en savais pas beaucoup plus avant de voir un documentaire sur la vie des femmes excisées. C’est une des choses les plus horribles que j’ai vues de ma vie. C’est à ce moment que j’ai commence à me renseigner sur ces pratiques et leurs dangers.

 

Quel est ton rôle dans le projet Men Speak Out?

La Fondation HIMILO est un des partenaires du projet. Je travaille pour la fondation en tant qu’éducateur communautaire. Mes responsabilités comprennent entre autres la dissémination des activités parmi la communauté, l’organisation de réunions et la participation aux réunions du Comité européen de pilotage. Je participerai également à l’identification et à la sélection des éducateurs pairs

 

Pourquoi ce projet est-il particulier à tes yeux ?

L’implication des hommes est essentielle pour l’abolition des MGF. Pour diverses raisons, les hommes ne sont que trop rarement engagés. C’est ma responsabilité, en tant qu’homme, mais aussi en tant qu’éducateur communautaire, de m’ériger contre ces pratiques néfastes faites à nos filles, nos femmes et nos mères. Elles ont désespérément besoin de notre soutien dans cette bataille.

 

Quels seront les principaux obstacles ? 

Changer l’opinion des hommes sur es MGF sera notre plus gros obstacle. Pour diverses raisons, les hommes ont leur interprétation propre des raisons qui poussent à pratiquer l’excision.

La plupart des hommes ne sont pas conscient des conséquences mentales et physiques des MGF, sur les femmes et sur notre société. Notre mission est de les aider à comprendre et à mettre un terme à ces pratiques.

 

As-tu déjà vu un changement positif autour de toi? 

Oui, et c’est assez encourageant ! Lors d’un récent groupe de discussion sur les MGF, certaines réactions ont été différentes que je ne l’avais imaginé. Je pensais que la plupart des hommes essaieraient d’éviter de parler des MGF, mais j’ai été très surpris de voir qu’ils en parlaient ouvertement. Et plus important encore, une majorité d’entre eux était contre ces pratiques. Cela m’a donné espoir et confiance que les choses peuvent changer et que nous parviendrons à abolir ces pratiques néfastes.

 

Post a Comment