_MG_2600
5
fév

Communiqué de presse – Février 2016

Les hommes rejoignent la lutte contre les mutilations génitales féminines

La campagne européenne Men Speak Out a été lancée le 5 février 2016

 

Le GAMS Belgique, FORWARD UK, la Fondation HIMILO aux Pays-Bas et l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers ont lancé la première campagne européenne de sensibilisation visant à impliquer les hommes dans la lutte contre les mutilations génitales féminines en Europe. Le Projet Men Speak Out est co-financé par le programme DAPHNE de la Commission Européenne.

Aujourd’hui, les mutilations génitales féminines (MGF) sont considérées comme « une affaire de femmes ». Les hommes n’interviennent que très rarement dans le processus et leurs opinions sur cette pratique sont souvent floues. Dans la réalité, les MGF concernent tous les membres de la communauté, les hommes peuvent, et doivent, dès lors jouer un rôle actif dans l’abolition de ces pratiques.

_MG_2541

Quarante-cinq relais communautaires masculins ont été formés depuis septembre 2015 en Belgique, Royaume-Uni et Pays-Bas, en utilisant une approche genre et droits humains. Un de leurs rôles est de toucher la communauté migrante en Europe et ouvrir le dialogue autour des MGF avec leur communauté, pour engager les hommes dans la lutte contre ces pratiques néfastes. “Augmenter le dialogue entre les hommes et les femmes est une première étape vers l’arrêt de la pratique” dit Fabienne Richard, Directrice du GAMS Belgique et coordinatrice du projet. “Un de nos éducateurs hommes nous a avoué que la formation l’avait aidé à trouver les mots et le courage pour parler à sa femme, pour dire qu’il ne voulait pas que leur fille soit excisée. C’est la première fois qu’il abordait ce sujet avec sa femme ».

Pour soutenir cette campagne, une série de posters et vidéo clips ont été développés au sein du projet et sont accessibles SUR CETTE PAGE pour une dissémination large.

 

_MG_2559

Sulieman Hashi est somalien et vit à Londres. Il est un des 45 hommes qui ont été formés, il a accepté d’apparaître dans une vidéo et un poster pour la campagne de sensibilisation. Il sait que des personnes de sa communauté le rejetteront ou le critiqueront mais sa motivation et conviction pour arrêter la pratique est énorme et ne peut pas être stoppée. “J’ai réalisé le traumatisme et la douleur de ma femme pendant notre nuit de noces quand j’ai découvert ce qu’on lui avait fait. L’excision a détruit notre couple » confie Sulieman.

Dans le cadre du projet, des recherches quantitative et qualitative ont été réalisées dans les 3 pays pour mieux comprendre la place des hommes dans la perpétuation de la pratique. Les résultats de ces recherches seront publiés à la fin de 2016. Cela sera la première étude comparative entre le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas à analyser la perception qu’ont les hommes de l’excision.

 

L’implication des hommes dans cette lutte est cruciale et peut accélérer l’abandon de cette pratique en Europe et, par extension, dans les pays d’origine. Tous les hommes relais ont exprimé leur désir de partager ce qu’ils avaient appris en Europe avec leur communauté dans leur pays d’origine et devenir des acteurs de changement. Marie Arena, euro-députée et membre de la Commission FEMM (Droits de la femme et égalité des genres) soutient l’idée de créer des ponts entre l’Europe et l’Afrique pour prévenir les mutilations génitales féminines. “Les programmes européens devraient davantage impliquer la Diaspora dans les projets d’abandon de l’excision dans leurs pays d’origine pour augmenter leur impact« , souligne Arena.

 

Pour toute information et organisation des interviews:

Mme Fabienne Richard
Coordinatrice Projet MEN SPEAK OUT
fabienne@gams.be
Tél: +32 (0) 2 219 43 40
GSM  : +32 (0) 473 410 691
www.menspeakout.eu

 

Photos de la conférence de presse

 

A propos des partenaires du projet Men Speak Out

Le GAMS Belgique est la plus ancienne et importante organisation de prévention des MGF en Belgique. Ses activités s’étalent à travers le pays; à Bruxelles, en Flandres et en Wallonie. Le GAMS Belgique a été impliqué dans l’introduction des MGF dans le Plan d’action national contre les violences faites aux femmes. Le GAMS coordonne les “Stratégies concertées de lutte contre les MGF”, un réseau pluridisciplinaire de professionnels et de membres de la communauté visant à améliorer la coordination des actions et de garantir efficacité et qualité

FORWARD (Foundation for Women’s Health Research and Development – Fondation pour la recherche et le développement de la santé des femmes) a pour mission de promouvoir l’égalité des sexes et de défendre les droits des femmes et des filles africaines. Cette organisation de soutien et de sensibilisation, active au sein de la diaspora africaine, travaille sur des partenariats en Angleterre, en Europe et en Afrique. leur but est d’améliorer les conditions de vie, en s’attaquant aux violations des droits humains qui affectent la dignité et le bien-être des femmes et des filles. FORWARD se concentre sur les mutilations génitales féminines (MGF), les mariages d’enfants et les fistules obstétricales.

Créée en 2006 aux Pays-Bas, la Fondation HIMILO, est membre de FSAN (Federation of Somali Association – Fédération des Associations Somaliennes). Cette organisation soutient la communauté somalienne avec des programmes de développement communautaires et des activités de renforcement de capacités. HIMILO a également d’excellents contacts avec les communautés soudanaises, sierra-léonaise et éthiopiennes. Certains de ses membres ont suivi les formations spécifiques de FSAN et de Pharos.

L’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers (IMT) est un centre d’excellence reconnu dans les domaines de la recherche, de la formation et des services de médecine tropicale. L’IMT a coordonné deux études de prévalence des MGF en Belgique en 2010 et 2014. Depuis 2014, il a intégré un module de prévention et de soins liés aux MGF dans le programme du master de santé publique et dans les cursus de post-graduat.

Post a Comment