Pourquoi

200,000,000 filles et femmes vivant aujourd’hui dans 30 pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie ont subi des MGF.



En Europe, 500,000 femmes ont subi des MGF.


 

 

Le rapport publié par l’UNICEF en 2016 démontre que plus de 200 millions de filles et de femmes vivant aujourd’hui dans 30 pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie ont subi une forme de mutilation génitale féminine (MGF). L’OMS et des experts à travers le monde s’accordent à dire que les MGF peuvent avoir de sérieuses conséquences sur la santé physique et mentales des femmes et des filles.

Plusieurs organisations à travers l’Europe (Campagne européenne End FGM) ont développé des stratégies contre les MGF. Ces activités de sensibilisation sont développées autour du soutien et de la protection des femmes et des filles. La majeure partie du travail de sensibilisation, particulièrement en Europe, est perpétuée par des femmes, le manque d’implication des hommes dans la lutte contre ces pratiques est criant. Aujourd’hui, les MGF sont considérées comme « une affaire de femmes ». Les hommes n’interviennent que très rarement dans le processus et leurs opinions sur cette pratique sont souvent floues.

Dans la réalité, les MGF concernent tous les membres de la communauté, les hommes peuvent, et doivent, dès lors jouer un rôle actif dans l’abolition de ces pratiques. L’implication des hommes dans cette lutte est cruciale et peut accélérer l’abandon de cette pratique en Europe et, par extension, dans les pays d’origine.



Avec ce projet, nous engageons les hommes dans la lutte pour l’abolition des MGF et, par extension, pour l’abolition des violences faites aux femmes et pour la promotion de l’égalité des sexes via une approche respectueuse des droits de l’homme.

EU-logo This project is co-funded by the DAPHNE Programme of the European Union